Le maïs multicolore est une invention récente. Explications

 « Un homme a fait revivre le maïs tel qu’on le connaissait autrefois…
avant que la génétique ne le transforme ! »

En réalité, c’est complètement l’inverse.

Ce joli maïs multicolore a été créé de toutes pièces dans les années 1980.

Il ne pouvait donc pas exister avant.

Son créateur Carl Barnes a croisé des graines anciennes pour obtenir au final un joli résultat : la variété Glass Gem Corn, aux couleurs vives et aux grains translucides.

Il a obtenu ce résultat en manipulant différentes souches de maïs par croisement (et grâce aux effets des transposons) au bout de nombreuses années. Il n’a pas trouvé et planté ces graines par hasard.

En 2010, la découverte est cédée à la fondation Native Seeds, qui commercialise les graines encore aujourd’hui.

Le maïs était-il jaune à l’origine ?

Et bien oui, aussi.

Depuis que l’homme cultive le maïs, il existe même de nombreuses variétés (des jaunes, des rouges, des bleues, des blanches, des noires, des bigarrées), qu’il aurait d’ailleurs inventé à partir de la téosinte.

La déesse aztèque du maïs Centeolt a même 4 fils, qui représentent différentes couleurs… dont le jaune.

Le maïs jaune a été importé en Europe à la découverte de l’Amérique, puis s’est imposé dans les principales cultures, probablement pour des raisons gustatives, d’acclimatation et de rendement. Mais des variétés différentes sont encore commercialisées.

Le maïs a été cultivé en masse en Europe après la seconde guerre mondiale, à la mise en place de la politique agricole d’après-guerre.

Mais un site alternatif mal sourcé préfère inventer des histoires.

Manifestement, le site « Sain & Naturel » joue sur la confusion, brandissant le spectre de la « manipulation » pour transformer le beau maïs en un quelconque épis jaune et pourquoi pas celui des OGM.

Leur article omet de raconter l’histoire de ce sympathique fermier qui, en croisant différentes espèces, permet pourtant à la diversité de se poursuivre et de rester en mouvement.

La culture du maïs remonterait à -10 000 ans.

Comme toutes les plantes, c’est en sélectionnant les meilleures « espèces » qu’on « manipule » le maïs depuis son origine.

La notion d’OGM (apparue dans les années 70) est différente, dans le sens où elle implique une « transgénèse » en introduisant un caractère intéressant unique, et ce, en une seule étape, sans attendre plusieurs génération de croisement.

Je suis d’ailleurs contre les OGM.
Les OGM sont une expérimentation risquée à l’échelle mondiale. Les éviter deviendra sûrement de plus en plus difficile. Il y en a dans une bonne partie de la nourriture industrielle. Et tout le monde n’a pas un jardin pour cultiver ses propres fruits et légumes.

Que faire ?
► Ne pas succomber à l’effet nocebo. C’est-à-dire, littéralement ne pas se rendre malade d’inquiétude. C’est tout un sujet !

Quoi manger ?
► Un max de plantes entières, et aussi des aliments HCLF raffinés, comme indiqué dans le guide de recettes saines basiques pour un poids sain qui est fourni dans le Pass VIP.

À demain pour un sujet mystère !

Pauline

Sources concernant les variétés de maïs jaune et multicolore :
Businessinder.comINRAPotagerdantant.comWikipédiaDiscover

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Alimentation végétale | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Accro au café, au chocolat ou aux frites ? Inspire-toi du Rat Park

Avant-propos :

  1. Je suis contre les expériences sur les animaux.
    Mais ce qui est fait et fait, alors voyons ce qu’il en est ressorti.
  2. Je ne suis pas psy ni chercheur, je te rapporte juste des infos.

Parlons d’abord un peu du rat…

Comme l’humain, le rat est un être social.

Il adore le contact et la communication avec ses comparses.

Dans le but de comprendre le rôle de l’environnement dans les addictions, en 1978, l’équipe du Dr Bruce K. Alexander a construit un Rat Park pour 16 à 20 rats mâles et femelles.
Leurs conclusions étaient révolutionnaires.

Ce Rat Park était un véritable parc de jeux paradisiaque

Il y avait des roues d’exercices, des balles pour jouer, de la nourriture et un endroit pour s’accoupler.

Les rats pouvaient boire dans deux distributeurs au choix :

– soit de l’eau du robinet
– soit un liquide à base de morphine

Contrairement aux rats en confinement solitaire, les rats du Rat Park :

• Consommaient 19 fois moins de liquide à base de morphine au cours d’une expérimentation.

• Résistaient à la morphine et préféraient de loin l’eau du robinet.

• Choisissaient l’eau du robinet dès qu’ils quittaient leur cage, même s’ils s’étaient habitués à la morphine pendant 57 jours.

• Ont toujours démontré, malgré les différents tests, moins de dépendance que les rats élevés seuls en cage.

C’est compréhensible…

Confiné et isolé dans un endroit étroit où une substance narcotique serait en accès illimité, l’humain, comme le rat, n’hésiterait pas à en consommer de façon répétée pour contrer l’ennui, la solitude, l’isolement… (Bref, des conditions de vie néfastes à son bien-être)

Sur quatre groupes de rats, les chercheurs vérifié l’hypothèse que l’environnement joue un rôle déterminant dans le développement de la dépendance à une substance toxique (en l’occurrence la morphine).

En réalité, de nombreux facteurs mènent à l’addiction :

L’environnement, le stress, la génétique, les circonstances de la vie, et les expériences négatives vécues durant l’enfance.

Toutes les conclusions des expériences d’Alexander sur le Rat Park confirment l’importance des interactions sociales dans le développement de la dépendance.

Plusieurs études ont confirmé les conclusions du Rat Park.

Et la majorité des psychologues et des spécialistes de la toxicomanie reconnaissent aujourd’hui que la dépendance est un phénomène tant mental que physique.

L’humain n’a pas à s’isoler physiquement, comme le rat en cage, pour devenir dépendant à une substance. L’isolement émotionnel (la solitude) suffit.

La drogue et l’alcool sont un moyen désespéré d’y échapper, d’amenuiser la douleur, d’aller mieux.

En conclusion, que peut-on faire pour prévenir les addictions ?

Comme ces rats, on peut se mettre au sport et sociabiliser.

Ainsi, on a de bien meilleures chances de se sentir mieux dans sa tête.
Et on fera probablement de meilleurs choix alimentaires.
C’est l’ensemble du mode de vie qui compte, encore une fois.

Demain, je te parle de la duperie avec le maïs multicolore.

– Pauline

P.S. : Comme on me demande ces liens tous les jours, je viens de créer une page qui regroupe tout ce que je propose, y compris des vidéos gratuites que j’ai traduites de médecins HCLF : https://www.doucefrugalite.fr/formations

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Santé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bonnes nouvelles sur le riz🍚 et les pâtes🍝

« Pauline, aide-moi à ne plus avoir peur de manger.
Tout est intellectualisé, j’en perds mes repères d’envies et de satiété.
D’où mes fringales, et mes crises de boulotage
où je peux manger jusqu’à 500-600 grammes
de riz ou pâtes ou pain. » – Anika

Parlons d’abord des quantités qui lui semblent énormes.

Je connais des champions qui mangent 500 grammes de riz (poids sec), ce qui représente 1825 kcal.
Mais cette faim de grand sportif concerne très peu de gens.
Même moi, je ne mange pas plus de 300 grammes de riz ou pâtes (poids sec).

Et 500 grammes de pain, c’est environ 1300 kcal.
Personne n’arrive à manger 500 g de pain d’un coup.

Dans le cas d’Anika, il s’agit certainement de 500 grammes de pâtes ou riz cuits.
En fait, 500 grammes de riz blanc cuit, cela représente 650 kcal.
500 grammes de pâtes cuites, ça donne 745 kcal.

700 kilocalories, ce n’est pas excessif pour un repas.

On est loin des excès gras possibles avec la malbouffe.
Par exemple, avec un menu McDo, on atteindrait en un repas la dose de graisses que je déconseille de dépasser par jour.

Il y a peu de graisses dans les repas HCLF copieux de fruits ou de féculents.
Les repas HCLF sont très bons pour la santé des humains.

Où est le problème si Anika ne souffre d’aucun effet néfaste ?
Elle ne se plaint pas de surpoids ni de douleurs au ventre.
Elle culpabilise à tort. Elle n’est pas boulimique, elle mange assez.

Cette culpabilité avec les glucides est injustifiée.

On vit dans une société qui mange mal.
Pour éviter de grossir en mangeant gras, les femmes limitent leurs portions.

Les humains ont tourné le dos à leurs aliments traditionnels sains HCLF.

Notre société actuelle pâtit des régimes cétogènes, malicieusement vendus par la propagande des lobbies dans la presse et à la télévision, sans parler des influenceurs naïfs ou vendus.

L’huile et les POA ont maintenant le vent en poupe.
Par conséquent, les taux de maladies chroniques ne cessent d’augmenter.

Les humains ont pris peur des glucides.
Le grand public est complètement désinformé.

Il faut une approche plus saine de l’alimentation.

► Anika doit manger des aliments HCLF à sa faim, jusqu’à totale satisfaction.

Elle doit aussi bien comprendre qu’il n’y a aucune raison de culpabiliser en mangeant des aliments aussi sains et digestes que du riz, des pâtes, des patates douces, du quinoa, de l’avoine, des bananes, des dattes, des fraises, des haricots rouges.

La science montre clairement que c’est bon pour les humains.

Pour ma part…

▪ J’ai une alimentation HCLF depuis 9 ans.
▪ Je me ressers toujours si j’ai encore faim.

Résultat :

► Mon poids est sain est stable.
► Mes bilans sanguins sont excellents.
► Je suis de bonne humeur 99 % du temps et je déborde d’énergie.

Si tu veux aussi faire ce cadeau à ton corps et te faire accompagner pour adopter une alimentation HCLF, tu peux rejoindre la communauté du Pass et avoir accès à des ressources utiles pour t’aider dans ta transition.

À demain pour un article sur le parc des rats 🐭

Pauline

P.S. : Tu peux jeter un œil à mes formations ici.

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Alimentation végétale | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Lersak, un papi qui ne fait pas son âge et mange sucré

On entend parfois que le sucre fait vieillir.
Je vais te présenter un papi inspirant.

« J’ai 73 ans, je fais encore des compétitions de cyclisme chaque année, je mange des fruits tous les jours (RawTill4) plus 500 grammes de sucre. Ai-je l’air de vieillir ? » – Lersak Inchai

Il carbure au sucre et il ne clairement fait pas son âge.
On lui donnerait la quarantaine.

Tu peux suivre les sorties à vélo de Lersak Inchai Ⓥ sur Strava.
Il fait des courses et il est passé dans le journal en Thaïlande pour avoir grimpé plus de 100 fois Doi Inthanon (le point culminant de ce pays).

C’est un phénomène…
Un ultra-sportif végane joyeux et positif qui consomme énormément de glucides.

Par contre, je n’ai jamais vu de papi paléo en bonne santé, et toi ?

Ces célébrités véganes du 3e âge se portent plutôt bien :

  • Michelle Pfeiffer
  • Annette Larkins
  • Mimi Kirk
  • Jim Morris
  • Christie Brinkley
  • Bernadette Bohan
  • Daisy Fuentes
  • Robin Quivers
  • Babette Davis
  • Davey Havok

Tu peux rechercher leurs noms et regarder leurs photos récentes.
Ils sont fantastiques !

Que mangent-ils pour conserver une apparence jeune ?
Ils se tiennent évidemment loin de la malbouffe.

Ils mangent beaucoup de plantes entières, qui sont :

  • riches en fibres
  • riches en antioxydants
  • riches en eau
  • riches en glucides = des sucres

►Les aliments les plus sains de la planète sont très riches en glucides.
Voici quelques exemples :

– Pomme 96 %
– Banane 93 %
– Pomme de terre 93 %
– Riz complet 96 %
– Riz blanc 91 %
– Patate douce 94 %

(taux des calories issues des glucides)

Pour en revenir au sucre…
Le sucre n’acidifie pas le corps, il est neutre pour les reins (indice PRAL).
Il remplit nos réserves d’énergies et il se brûle rapidement et facilement.

Lersak se complémente en sucre pour avoir plein d’énergie lors de ses compétitions à vélo.

Comme je l’explique tout le temps, le sucre pose un problème seulement aux personnes qui mangent trop de graisses ou qui ou une mauvaise hygiène dentaire.

Pour ceux qui ont une alimentation 80/10/10 et prennent soin de leur dentition, ajouter du sucre raffiné ne pose pas de problème.

Faut-il ajouter du sucre dans son alimentation ?

C’est totalement ton choix. Ce n’est pas obligatoire, c’est comme tu veux.

Ajouter du sucre n’est pas utile pour ceux qui font peu ou pas de sport.
Mais pour les sportifs, ajouter du sucre est un excellent atout.

À très bientôt !

Pauline

P.S. : Clique ici pour voir mes formations et des vidéos gratuites.

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Alimentation végétale | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

1+5 astuces pour aimer son corps

Question à mille euros :

« Comment as tu appris à aimer ton corps ? »

Je suis née il y a longtemps, en 1984. Internet est arrivé tard, à la fin de mon adolescence.

J’ai eu donc le temps de me construire une identité avant d’avoir pu être influencée par les réseaux sociaux. Il ne m’était pas venu à l’esprit de me dire que mon corps n’était pas assez bien.

J’étais bien dans mon corps.

En plus, mes petits copains aimaient bien mon type de corps. Personne ne m’a jamais rejetée parce que je n’étais pas aussi maigre qu’un mannequin.

Néanmoins, ces dernières années, je ressens de la pression depuis que je suis devenue influenceuse. Si je ne maquille pas comme une youtubeuse beauté dans une vidéo qui fait beaucoup de vues, soit le grand public est méchamment critique, soit il m’accorde moins d’attention.

Voila le genre de chose qu’on me dit :

Que faire pour donner une image qui soit à la fois bonne et authentique ?

Se trouver soi-même…
…et bien réaliser une chose :

On ne peut pas plaire à tout le monde.

Si on modifie trop son apparence et son comportement pour plaire aux autres, on nous critiquera toujours : « trop perfectionniste », « trop maquillée », trop parfaite, etc.

C’est de la jalousie, du mépris, voire l’effet miroir.

Mais cela peut aussi être des suggestions bienveillantes ou de la critique constructive.

Si on met des photos ou des vidéos en ligne, des gens mal dans leur peau vont venir nous critiquer. C’est inévitable.

Même si j’ai objectivement un poids sain, on me traite de « trop maigre » ou « trop grosse ».

Quoi qu’on fasse, on va déplaire à des gens.

Les gens ont des préférences personnelles, des goûts à eux. Si on prend personnellement tout ce que les gens disent, on va être très malheureux.

Quitter les réseaux sociaux n’est pas forcément la meilleure solution. Tout ce qui est publié sur les réseaux sociaux n’est pas forcément négatif. Les réseaux sociaux sont un outil génial si on en fait un usage conscient. On peut y apprendre plein de choses si on est sélectif. On peut communiquer avec nos proches éloignés géographiquement plus vite que jamais.

Mail il est clair que les photos truquées d’Instagram ravagent l’estime de soi des jeunes filles de la nouvelle génération.

Que faire quand on n’aime pas son corps ?

Il y a 1 démarche capitale pour être bien dans sa peau face à autrui :

► Se valider soi-même

S’auto-approuver dès maintenant n’a jamais été aussi crucial que de nos jours avec l’influence des normes irréalistes de beauté.

Dans ce monde si compétitif, s’aimer soi-même demande aussi 5 approches :

  • Adopter un mode de vie sain
  • S’entourer de personnes bienveillantes
  • Entretenir une mentalité positive
  • Avoir un esprit de gratitude
  • Trouver un véritable but dans la vie

En une phrase…
Se traiter soi-même avec respect est la première étape qui change tout.

Se lancer dans une telle démarche, c’est plus facile quand on se fait accompagner par des personnes qui sont déjà passées par là et quand on a une communauté soudée.

C’est pour cela que j’ai créé Pass VIP qui comprend la formation du mois ainsi que des formations bonus :

  • Mode d’emploi pour perdre du poids sans faire de sport
  • Une approche naturelle pour vivre mieux la ménopause
  • Les apports nécessaires en omégas 3 et les meilleures sources d’omégas 3 parmi les fruits, légumes et légumineuses

Passe une journée sensass !

À demain

– Pauline

P.S. : Tu peux cliquer ici pour voir toutes mes formations.

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans spiritualité | Tagué , , | 1 commentaire

Comment j’en suis arrivée là

Question du jour :

« J’aimerais que tu me parles de comment tu en es arrivée là.
Bref merci d’être inspirante sur plein de sujets, de passer du temps
à nous communiquer des sources et infos factuelles,
de nous faciliter la vie avec des idées repas et j’en passe 🙂 »

Eh bien, ce n’était pas un long fleuve tranquille.

À une époque, je n’avais pas du tout une vie saine.

  • Je me couchais quand les oiseaux du matin se réveillaient.
  • Je mangeais du fromage et je buvais de l’alcool.
  • J’écoutais de la musique déprimante.
  • Je ne faisais pas de sport.
  • J’abusais des stimulants (thé et chocolat)
  • Je jouais énormément aux jeux vidéo.

Ma vie n’avait pas de sens.

Et maintenant…

  • Je me couche tôt.
  • J’ai arrêté l’alcool.
  • Je fais du sport régulièrement.
  • Je consomme rarement des stimulants.
  • Je suis heureuse.
  • J’ai trouvé un sens à ma vie.

On peut dire que je suis passée d’un extrême à l’autre.

Extrêmement perdue à 25 ans Toute épanouie maintenant

Ce n’est pas que mon mode de vie qui a changé.

J’ai beaucoup travaillé sur mon état d’esprit. Le développement personnel, c’est mon dada.

J’ai commencé par apprendre à me respecter… En arrêtant les jeux vidéo en ligne qui bouffaient ma vie.

Je pourrais citer d’autres choix de vie bienfaits salutaires :

  • J’ai enfin eu une humeur stable après avoir arrêté l’alcool fin 2011.
  • Puis, j’ai commencé à adorer la vie quand j’ai repris le sport en 2012.
  • Et comme je ne savais pas ce que signifiait une alimentation saine, je me suis renseignée avec grand intérêt.

Et parler l’anglais était d’une grand aide, car les contenus les plus avant-gardistes sont en anglais bien avant d’être disponibles en français sur la toile.

Démêler le vrai du faux parmi tout ce qu’on trouve sur internet, ce n’était pas facile, mais j’ai appris à le faire au fil des ans.

Heureusement, je ne croyais pas aux mythes sur les carences colportés par les lobbies de la viande, des œufs et du lait.

Au contraire, j’étais très enthousiaste à l’idée de baser mon alimentation sur les glucides, notamment les fruits.

J’en adoré adopter une alimentation végétalienne.

Mais j’ai fait quelques erreurs au début.

J’ai cru qu’il était inutile pour les végés de prendre des compléments de vitamine B12 à cause de bonimenteurs du web…
… et je me suis retrouvée avec une carence importante en B12.

Fortuitement, ces compléments sont bon marché et j’ai fait une cure d’attaque. Problème réglé.
Ensuite, je me suis renseignée amplement, et j’ai compris que la B12 est le seul complément nécessaire pour les végétaliens.

C’est à partir de 2015 que j’ai commencé à sourcer mes articles, en citant des médecins expérimentés et compétents ainsi que des études sérieuses.

Tu peux d’ailleurs consulter de courtes vidéos de ces médecins géniaux sur des sujets nutritionnels clés tels que :

  • « Aucune huile n’est saine » du Dr Caldwell B. Esselstyn
  • « La vraie cause du diabète » et « Rélévations du caca paléo » du Dr Michael Greger
  • « Le syndrome prémenstruel » et « Le riz blanc » du Dr John A. McDougall

Le sujet du mail de demain sera :
Comment j’ai appris à aimer mon corps

Passe une belle journée !

Pauline

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Véganisme | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Pas besoin de savoir cuisiner pour manger sainement

Une question que j’ai reçue lors du sondage du mois dernier :

« Prends-tu plaisir à cuisiner ? (car je déteste ça ⏰) »

Quand j’étais petite, ma mère a essayé de me transmettre sa passion pour la cuisine… en vain. Passer des heures dans la cuisine, ça ne m’attirait pas. J’aimais seulement découper les légumes en jolis morceaux égaux, et ça me prenait un temps fou.

Surveiller la cuisson d’un plat ou suivre des instructions de recettes élaborées? Non… Ça ne me passionnait absolument pas.

Ce qui m’intéressait, c’était juste manger.

Donc quand je voulais manger entre les repas, je choisissais la solution du délice facile :
croquer un fruit ou tartiner du pain avec de la confiture.

On peut dire que j’étais épargnée par la junk-food grâce aux bonnes habitudes alimentaires transmises par ma maman.

Puis, quand j’ai quitté le nid familial, je me préparais des repas très basiques :

  • Spaghettis + fromage + sauce tomate
  • Riz + nems du supermarché
  • Pain + beurre + confiture

Pour les goûters : 1 fruit pas assez mûr ou 1 verre de jus de fruit

En dessert : 1 tablette de chocolat + thé/tisane

J’avais ainsi assez d’énergie pour travailler, mais j’étais fatiguée et triste sans comprendre pourquoi.

Quand je me suis lancée dans l’alimentation végétalienne, je n’ai pas voulu me casser la tête avec des recettes à 20 ingrédients.

Pourquoi passer 2 heures en cuisine pour tout dévorer en 15 minutes ?

J’ai toujours trouvé que des plats sophistiquées qui demandent beaucoup de préparation ne sont pas forcément meilleurs.

Je me régale tellement avec :

  • un smoothie bien sucré (1 minute de préparation)
  • un plat de coquillettes + ½ conserve de haricots rouges + passata assaisonnée (10 minutes de préparation)

Je n’aime pas cuisiner. Je n’ai pas de patience pour une longue marche à suivre. Mais parfois, j’aime bien découper mes fruits et mes légumes avec amour.

D’ailleurs, j’ai souvent la flemme de rincer mes feuilles de laitue. Pour avoir mon quota de verdure, je préfère acheter des concombres, qui se rincent tellement plus vite. Et je mange mon concombre avec la peau.

J’ai aussi la flemme de mâcher, et c’est une bonne chose.

Je mange déjà assez de fibres, alors pourquoi ajouter des légumes durs crus qui se digèrent mal et causent des fermentations ?

J’ai teste puis laissé tomber les graines germées et les jus de légumes frais, car cela demande trop de travail et ce ne sont pas des panacées.

Bref, ne t’en fais pas si tu n’aimes pas cuisiner. Ainsi, tu gagnes plein de temps pour tes passions (sport, art, famille…)

Ne culpabilise pas si tu n’aimes pas aimer cuisiner.

Ce n’est pas grave. Les plats les plus sains se préparent rapidement et leurs proportions ont peu d’importance.

À demain !

– Pauline, fière cuisinière fainéante

P.S. : Clique ici pour voir mes formations et des vidéos gratuites.

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Alimentation végétale | Tagué , | Laisser un commentaire

Peut-on prendre du poids avec le 80/10/10 pour ne plus être trop maigre?

Tu te demandes peut-être si l’alimentation dont je te parle est pour tout le monde
(Celles qui veulent perdre du poids, maintenir leur poids ou prendre du poids).

Réponse courte :
Oui, oui et oui !

Réponse longue :
En fait, ça marche dans les deux sens, parce que cette alimentation est exactement ce dont le corps humain a besoin.

  • Manger assez de calories
  • Manger HCLF (80/10/10)

Dans des mails précédents, je t’ai déjà partagé un certain nombre de témoignages de perte de poids grâce à mon alimentation.

Et cette alimentation réussit aussi aux personnes qui veulent prendre du poids, comme le montre l’expérience de mes clientes et de celle d’Orane.

Salut, Pauline, je me permets de te réponde pour partager mon expérience.

Personnellement je suis une femme, j’ai 26 ans, et je n’ai jamais été en surpoids, c’était même plutôt le contraire. J’ai transitionné vers un mode d’alimentation quasi-végétal (car j’avoue qu’il m’arrive de manger parfois du fromage) en début 2016, puis j’ai tendu petit à petit vers un mode riche en glucides et pauvre en lipides grâce à toi entre autres.

Avant ces transitions j’ai été très stable pendant longtemps à 47 kg pour environ 1m67 (IMC = 16,85 -> maigreur). Après mes 2 changements d’alimentation, j’ai pris environ 5 kg, d’ailleurs il faut dire que j’apprécie beaucoup plus manger aujourd’hui. Et à nouveau je suis stable avec un poids plus idéal, même si je suis dans la limite basse : environ 52kg pour 1m67 (IMC = 18,64 -> normal). Donc déjà merci à toi.

Du coup, même si je pense manger encore trop de gras à mon goût (je ne pense pas être aux fameuses proportions 80/10/10, et j’aimerais les atteindre dans l’idéal), je voulais vraiment te remercier, et peut-être faire passer le message avec mon témoignage qu’une alimentation végétale HCLF marche dans les 2 sens : pour celles qui veulent perdre du poids, mais aussi pour celles qui sont en sous-poids et qui veulent en gagner.

Voilà, bisous à toi, et merci pour tes mails !

Orane

J’espère que son parcours inspirera les femmes qui cherchent à prendre du poids.

Toi aussi, tu peux me faire part de ton expérience avec une alimentation saine riche en glucides et pauvre en graisses quand tu veux par mail.

J’adore lire les témoignages et les histoires de mes lectrices !

À très bientôt !

Pauline

P.S. : Clique ici pour voir des vidéos gratuites et mes formations.

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Alimentation végétale | Tagué , , , | Laisser un commentaire

La vérité sur nos besoins en graisses : les vrais chiffres

On lit tant de conseils incorrects sur la consommation de graisses.

D’où tires-tu tes « graisses saines » ?

J’en ai marre de voir toutes ces inepties sur les graisses. C’est comparable aux imprécisions sur les protéines.

Et la désinformation va jusqu’aux plus hautes instances de nutrition du monde. Dans les paragraphes qui suivent, je vais les discréditer en revenant au B.a.-ba de la science.

Les seules graisses alimentaires dont nous avons besoin proviennent des acides gras essentiels (AGE). De même, les seules protéines alimentaires dont nous avons besoin proviennent des acides aminés essentiels.

Notre corps a besoin de ces deux éléments pour sa santé car il ne peut pas les produire. Pour info, notre corps peut produire tous les autres acides gras et acides aminés !

Les formes de cancer les plus courantes sont liées aux hormones sexuelles. Donc avant de continuer de répéter cette folie selon laquelle « il te faut davantage de graisses », prenons un peu de recul et décidons si c’est le futur cancéreux qu’on souhaite a cette personne…

Une alimentation végétalienne à base de plantes entières contient suffisamment de graisses, qui peuvent représenter entre 8 et 20 % des calories consommées quotidiennes.

Les personnes en meilleure santé de la planète, les Okinawais, avaient une alimentation dont 6 % des macronutriments étaient des graisses. Bonne nouvelle, nous disposons d’une palette de plantes bien plus variée de nos jours.

Nos besoins nutritionnels en AGE sont compris entre 1 et 2 % des calories.
Donc pour une alimentation de 2000 kcal, cela représente 20 kcal d’acide linoléique.

Pourquoi ils harcèlent les gens avec 20 kcal de graisses ?
Concentrons-nous plutôt sur les 1980 kcal restants et veillons à ce qu’elles proviennent principalement des féculents, légumes, fruits et verdures et cela couvre ce chiffre facilement !

Il a été prouvé que les alimentations composées seulement de 0,1 % d’acide linoléique (soit 2 kcal) comblent une carence en AGE…

Au lieu d’avoir la trouille et d’agiter un épouvantail, je suggère que vous fassiez comme en Chine et posiez une simple question “Avez-vous mangé ? » et si non offrir un repas. Un mensonge répété maintes fois n’est pas une vérité pour autant, peu importe la passion avec laquelle parle l’orateur.

L’absorption des acides gras et des monoglycérides chez les adultes en bonne santé a une efficacité élevée comprise entre 95 et 99%.
Donc, encore une fois… oui, LA GRAISSE QU’ON MANGE EST LA GRAISSE QU’ON PORTE !

Savais-tu que les omégas 6 et les omégas 3 entrent en concurrence l’un contre l’autre ? Ils utilisent les mêmes enzymes, voilà pourquoi il faut qu’on les garde en équilibre, et on accomplit cela EN N’AJOUTANT PAS DE GRAISSE.


L’abus de graisses ajoutées s’accompagne de nombreux autres risques : maladies cardiaques, cancer, diabète, obésité, saignement, déséquilibres nutritionnels et affaiblissement du système immunitaire.

► Conclusion : pour avoir assez de graisses, mangez, simplement.

Je sais que c’est difficile au début de manger mieux quand on est toute seule dans son coin. C’est pour cela que je te propose de rejoindre la belle communauté du Pass et de consulter mes ressources utiles.

Par exemple, les formations du moment sont :

• Les meilleures sources d’omégas 3 parmi les fruits, légumes et légumineuses
• Perdre du poids sans faire de sport
• Une approche naturelle de la ménopause

Voici des recettes qu’il y aura dans le groupe Facebook du Pass dans les prochains jours :

• Riz aux légumes épicés
• Soupe de nouilles ramen végétalienne
• Pizzas façon pita
• Sauce végétalienne au goût de fromage
• Sauce salsa à la fraise et à la mangue
• Curry à la courge et aux lentilles
• Burgers aux pois chiches du soleil

À très bientôt !

Pauline

Si cet article t’a aidé, réponds-moi dans les commentaires pour me le dire.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Alimentation végétale, Santé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Après 24 ans de rhume 24/24h, je m’en suis tirée sans kékéké

Cet accessoire ressemble à une théière en plastique. Il est utilisé dans les milieux alternatifs pour nettoyer l’intérieur du nez en débouchant les sinus chargés de mucus.

J’ai nommé le neti lota, également appelé kékéké.

Il porte ce nom rigolo car quand on se lave le nez avec cet appareil, en même temps que l’eau s’écoule en arrière par les fosses nasales, il est recommandé d’émettre les sons « ké… ké… ké… » (à la fois pour ne pas avaler l’eau et pour activer le voile du palais)

Je ne vais pas te raconter en détail comment utiliser cet objet. Je vais plutôt te raconter ma petite histoire (mon calvaire). Je te donnerai ensuite une alternative préventive à l’utilisation de cet objet.

J’ai essayé le neti lota quand j’étais enfant. À cet âge, j’avais toujours les sinus archi-pleins de mucus… tantôt ruisselants de mucus hyper liquides… tantôt bouchés par du mucus sec. J’avais aussi régulièrement des crises d’éternuement. C’était horrible.

Je ne sortais jamais sans mon paquet de mouchoirs.

Tout au long de l’année, été comme hiver, je vidais un ou deux paquets de mouchoirs par jour. Et il y avait toujours un grand distributeur de mouchoirs dans ma chambre.

Mes parents m’avaient même envoyée chez un allergologue pour me faire diagnostiquer des allergies respiratoires.

Et j’avais réagi à tous les allergènes aériens.

Allergique aux chats, chiens, acariens, graminacées, pollens…
Je m’étais dit : « c’est dingue, je réagis à tout ce qui se respire. »

Voilà pourquoi j’avais l’impression d’avoir le rhume des foins toute l’année.
C’était d’ailleurs étonnant que je n’avais pas d’asthme avec un profil pareil.

L’allergologue m’avait soumis à un autre type de test ce jour-là. Et il s’est avéré que j’avais une excellente capacité respiratoire.

C’est vrai que côté sport, je m’en sortais carrément bien, arrivant en tête à chaque course à pied organisée à l’école.

Tout n’était donc pas perdu pour moi 🙂

Mais mon nez à continué de couler abondamment jusqu’à ce que je change mon alimentation. C’était très net. Depuis l’enfance, j’ai eu cette gêne nasale.

Cela s’est beaucoup amélioré entre 2008 et 2010 pendant mes 2 années de transition vers le végétalisme. Une amélioration tardive mais bienvenue !

Je n’ai plus eu d’écoulement de mucus pendant mes 4 mois frugivores à l’époque. Ensuite, depuis que je suis en RawTill4, j’ai très peu le nez encombré.

Au fait, mes allergies respiratoires ont disparu.

C’est comme si j’avais enfin fermé le robinet qui causait une inondation dans ma maison métaphorique, alors qu’avant je vidais la cave avec un seau.
= J’ai traité la cause plutôt que les symptômes.

Comment un changement d’alimentation a-t-il pu résoudre mon problème ? Quand on connaît les allergies alimentaires que causent les produits laitiers… on comprend. Ben oui, on est des humains adultes, pas des veaux.

J’ai aussi changé d’autres choses dans mon mode de vie.
J’ai commencé à veiller à boire assez d’eau, comme ça le mucus s’écoule et ne bouche pas le nez.
Je me suis aussi remise au sport après 8 ans de sédentarité.

Avec le recul, je pense que ces 3 facteurs ont beaucoup aidé :

  • boire beaucoup d’eau
  • arrêter les produits laitiers
  • faire du sport

Je ne m’attendais pas à avoir de telles améliorations sur ma santé en adoptant un mode de vie sain. C’était une surprise très agréable.

J’ai enfin des sinus heureux, pas surchargés.
Mon humeur et mon poids sont bons et stables.
Je mange à satiété sans culpabilité.

Je sais que c’est difficile au début d’améliorer son mode de vie toute SEULE dans son coin, j’ai mis moi-même plusieurs années avant de trouver une routine alimentaire tenable et réaliste.

Pour t’y aider, si tu le souhaites, il y a une belle communauté, avec des ressources utiles et des recettes HCLF délicieuses et variées pour les membres du PASS ← https://www.doucefrugalite.fr/pauline-pass-vip

J’ajoute d’ailleurs une liste des fruits, légumes et légumineuses les plus riches en omégas 3 dans l’espace membre du Pass VIP aujourd’hui.

À très bientôt !

Pauline

P.S. : Si cet article t’a aidé, tu peux me le dire dans le commentaires.

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

Publié dans Santé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire