Les dommages causés par l’équitation et comment protéger votre cheval – Stormy May

Cet article de Stormy May a été publié à l’origine dans le magazine Horses for Life en octobre 2008, sous le titre « The Truth in the Back ». Les informations contenues dans cet article sont très similaires au chapitre 3 du livre de Stormy.

La vérité sur le dos du cheval – par Stormy May

Avec tous les discours sur l’apprentissage du langage du cheval dans les cercles de « l’équitation naturelle », cet objectif ne peut jamais être atteint lorsqu’il commence et finit avec une prémisse douteuse, à savoir qu’un cheval aime être monté.

Dans mes études, je suis arrivé à la conclusion que les chevaux ont appris notre langue bien mieux et plus honnêtement que nous ne pouvons l’imaginer. C’est pourquoi tous les livres et les enseignants « new age » parlent du fait que les chevaux sont nos miroirs. Je ne parle pas des chevaux qui comprennent notre langage parlé dans une large mesure, mais ils sont passés maîtres dans l’art de comprendre le langage que nous semblons avoir oublié, le langage de nos actions.

En tant qu’entraîneuse de chevaux chevronné, l’une des choses qui m’a le plus surpris d’apprendre était la science de ce qui se passe dans le dos d’un cheval lorsqu’il est soumis à une selle et à un cavalier. Bien sûr, je savais que les chevaux avaient parfois mal au dos et qu’ils avaient besoin d’un traitement ou d’une selle mieux adaptée, mais je ne comprenais certainement pas ce qui se passe chaque fois qu’un cheval emmène quelqu’un en promenade.

L’une des raisons pour lesquelles certaines de ces informations peuvent sembler « nouvelles » est que ce n’est que vers 1992 que le tapis de test de pression de selle Saddletech a été développé. Ces plaquettes, et d’autres dispositifs similaires plus récemment développés, comprennent des capteurs sensibles qui peuvent mesurer la quantité de pression entre le cheval et la selle. Ces technologies de détection de la pression ont donné lieu à une multitude d’études scientifiques intéressantes dans le monde équin.

Le dilemme des points de pression

Lorsque ces informations ont été combinées à d’autres études sur les tissus musculaires des mammifères, tout cela a soudain mis en évidence un énorme dilemme. Dans le Journal of Veterinary Science Volume 14 No. 11, 1994, le Dr Joyce Harman, vétérinaire de renom et experte en ajustement à la selle, a présenté les résultats d’une étude utilisant le tapis Saddletech. Elle a écrit :

« Pour les besoins de cette étude, les selles avec des pressions allant jusqu’à 1,93 psi ont été classées comme étant d’un excellent ajustement, entre 2,0 et 3,38 psi sans points de pression persistants ont été classées comme étant passables et les selles qui dépassaient 3,4 psi ou avaient des points de pression persistants tout au long de la session ont été classées comme étant mauvaises. Ces chiffres ont été obtenus à partir de données préliminaires indiquant qu’il était difficile de trouver une selle anglaise avec des pressions inférieures à 0,75 psi, qui est la pression la plus élevée trouvée dans le lit capillaire. Les pressions qui dépassent 0,75 psi ferment le flux sanguin dans le lit de capillaires artériels ».

Qu’est-ce qu’implique l’interruption de la circulation sanguine ? C’est ce qui se produit à petite échelle lorsque nous appuyons sur notre peau et qu’elle devient blanche, ou si nous restons assis dans une position inconfortable pendant une longue période et notre jambe ou notre bras sont engourdis.

L’auteur, Mary Wanless, écrit dans son livre For the Good of the Horse : « Peut-être que l’une des grâces qui sauvent le cheval est que l’extraction du sang de ses tissus provoque des douleurs pendant les dix à quinze premières minutes d’une promenade, puis son dos s’engourdit. »

Ainsi, jusqu’à ce que nous apprenions à faire léviter les selles, même une selle bien ajustée, les meilleurs panneaux rembourrés d’air/mousse/laine et un cavalier de poids moyen, auront des pressions qui sont plus de deux fois supérieures à ce qu’il faut pour bloquer le flux sanguin dans les muscles.

Engourdissement et lésions tissulaires

Le Dr Harman poursuit en affirmant que dans les études sur les muscles canins et humains, une pression soutenue de seulement 0,68 psi pendant plus de deux heures provoque des dommages tissulaires importants. Il est important de noter que le capteur Saddletech utilisé dans ces premières études utilisait des capteurs développés pour évaluer les risques de plaies de pression chez les humains alités, et ne mesurait que des pressions allant jusqu’à 4 psi.

Des capteurs plus modernes, tels que le système FSA (Force Sensing Array) développé par Vision Engineering Research Group (VERG Inc.) de Winnipeg, Manitoba, Canada, peuvent enregistrer des pressions beaucoup plus élevées. Lors d’un test impliquant des selles occidentales avec des pads de prix élevé, des pressions de pointe moyennes ont été mesurées entre 8,25 et 14 psi. (Wesley, E.D. ; McCullough, E. ; Eckels, S. ; Davis, E. ; Article n° 9329 ; 2007 ; magazine « The Horse »).

Les coussinets de détection de pression ont également la limitation de n’enregistrer que les pressions au niveau de la peau. La pression de la selle est transférée par les muscles aux structures osseuses situées en dessous (les vertèbres et les côtes) et si nous pouvions mesurer la pression à cet endroit, elle serait nettement plus importante. Le Dr Harman écrit « Il existe des preuves chirurgicales en médecine humaine que la nécrose sous-cutanée [la mort des cellules] commence plus près de l’os avant que la rougeur et l’ulcération cutanées ne soient visibles ».

Cela signifie que si nous avons côtoyé des chevaux assez longtemps pour remarquer des taches blanches ou des gonflements tendres dans la zone de la selle, nous ne voyons que les résultats finaux d’un long processus de destruction des tissus. Les muscles longissimus dorsi et trapèze sur lesquels le cavalier s’assied se développent depuis l’apparition du cheval sur Terre, lorsque Eohippus les a utilisés pour la première fois pour faciliter le mouvement. Leur structure n’a jamais été destinée à supporter le poids sous forme de pression verticale venant du haut, et cela reste vrai même après des siècles d’élevage sélectif pour les chevaux « d’équitation ».

Arthrose interépineuse, et lésions ligamentaires et articulaires

D’autres effets du poids sur le dos du cheval comprennent l’extension (creusement) du dos, qui « peut contribuer aux lésions des tissus mous et au syndrome de Baastrup ». (DeCocq, P. et al ; Effects of girth, saddle and weight on movements of the horse. Equine Veterinary Journal 36 ; 2004 ; 758-763). En bref, le syndrome de Baastrup se produit lorsque les apophyses épineuses des vertèbres (les longues protubérances osseuses des vertèbres qui forment la structure du garrot et la ligne supérieure du dos) commencent à se toucher et finissent par se remodeler et se fusionner dans les cas graves. « Cette pathologie est cliniquement significative chez les sauteurs mais se produit également chez tous les types de chevaux ». (Marks, D. ; Medical Management of Back Pain ; Vet Clinics of N. America: Equine Practice Vol. 15, No. 1 ; 1999)

« L’arthrose interépineuse, qui est le chevauchement des apophyses épineuses dorsales, se produit en raison des ondulations répétitives des chevaux de saut d’obstacles – le basculement, ou l’arrondissement au-dessus d’un obstacle vertical, l’extension excessive à la réception ou l’étirement et le creusement du dos au-dessus d’un large oxer peuvent causer ce problème. Il en résulte que les projections épineuses individuelles sont serrées les unes contre les autres. Cela se produit généralement de la fin du garrot au début de la longe (10e – 18e vertèbres thoraciques) »
(Nadeau, J. ; Preventing Back Pain in Horses ; University of Connecticut Dept. of Animal Science Fact Sheet 2006)

Il existe une pléthore de traumatismes du dos d’importance similaire qui sont soit le résultat direct de la présence du cavalier sur le dos, soit le résultat indirect de ce que le cavalier demande au cheval de faire (arrêts glissés en ligne droite, sauts, etc.). En voici quelques exemples : spondylose, bosse du sauteur (un tuber sacrale proéminent), blessure de l’articulation sacro-iliaque, blessure du ligament supra-épineux, déchirures du système ligamentaire du dos, fractures de stress de l’ilion et lésion de l’articulation sacro-vertébrale, pour n’en citer que quelques-uns. J’espère que le lecteur commence à avoir une idée des risques auxquels nous soumettons le cheval avec ce que nous considérons comme « une utilisation normale du cheval », de sorte que je n’ai pas besoin d’entrer dans les détails de chaque blessure.

Revenons maintenant au premier traumatisme qui se produit lorsque le cheval est sellé, à savoir une circulation sanguine compromise (ischémie) dans les muscles. Il est vrai que les muscles ont de merveilleuses propriétés régénératrices, et bien souvent les escarres peuvent guérir si l’infection est évitée et si le cheval est correctement nourri et s’il est libéré de la pression. Mais qu’en est-il de la douleur qui a été impliquée dans le processus ?

Douleur et apprentissage

Nous connaissons tous les douleurs aiguës associées au retour de sensations dans un membre qui s’est engourdi en raison d’une irrigation sanguine compromise. Mais qui a connu la douleur de développer des escarres, même légères, qui démangent et font mal avant même qu’il n’y ait des signes visibles extérieurement ? C’est précisément ce malaise qui nous fait changer de position toutes les quelques minutes lorsque nous sommes assis ou debout. Si nous ne le faisions pas, nous développerions des escarres (également appelées plaies de lit) sous le simple poids de notre propre corps sur une chaise ou un lit.

En faisant des recherches pour cet article, j’ai été surpris de découvrir que l’acteur Christopher Reeve, blessé à l’origine dans un accident d’équitation, est finalement mort à l’âge de 52 ans des suites de complications dues à une escarre. Un cheval, lorsqu’il est sellé, n’a aucune chance de déplacer ce poids pour soulager la gêne. Il essaie probablement de nous le dire par d’autres moyens, comme en remuant, en montrant une démarche raccourcie, les oreilles en arrière, la queue qui s’agite, en essayant de se frotter au rail, ou en ruant. Tous ces signes doivent être considérés comme des signes d’un cheval parfaitement honnête qui essaie de soulager la douleur.

Le cheval qui est le plus dangereux pour lui-même est celui qui poursuit tranquillement son travail, sachant que les conséquences de tout signe de mal de dos seront une douleur plus forte dans la bouche, la tête, les côtes ou les flancs qui va probablement avec une séance plus longue sous la selle. Les chevaux sont passés maîtres dans l’art d’apprendre à être « conciliants » et la plupart d’entre eux découvriront rapidement ce qu’il faut exactement pour survivre. Un dos engourdi est probablement beaucoup plus facile à tolérer que les autres moyens que l’homme a imaginés pour contrôler les chevaux.

Lorsque nous soumettons nos chevaux à ces douleurs pour notre propre plaisir, nous brisons quelque chose de fondamental dans notre relation. Le fait que de nombreux chevaux tolèrent ces traumatismes en dit plus sur leur grâce et leur compréhension innées que sur la preuve de notre « droit » de nous asseoir sur le dos d’un cheval ou sur leur plaisir à ce processus.

J’espère que ce qui précède montre déjà clairement que chaque fois que nous nous asseyons sur un cheval pendant plus d’un moment sans comprendre ce qui se passe en dessous de nous, nous compromettons le bien-être du cheval.

Il y a deux façons de s’assurer que nous ne blessons pas un cheval. La première consiste à remettre le cheval dans une grande prairie et à lui souhaiter bonne chance dans un troupeau naturel. La seconde consiste à étudier les systèmes du cheval si minutieusement que nous puissions dire avec conviction que ce que nous faisons n’est pas nuisible. Maintenant que le problème de l’équitation a été détaillé, examinons les solutions possibles.

Les solutions possibles

Tout d’abord, nous devons comprendre pourquoi nous voulons monter à cheval. Si nous répondons par exemple « C’est amusant », « Je veux faire de la compétition » ou « C’est un bon sport », alors la discussion ci-dessus aura peu ou pas d’impact sur ce que vous faites et le monde équestre actuel vous apportera beaucoup de soutien dans la poursuite de vos objectifs. Si vos réponses ressemblent davantage à « J’aime les chevaux », « Je veux apprendre à avoir une bonne relation avec mon cheval » ou même « Je pense que les chevaux ont peut-être quelque chose à m’apprendre », alors il est probable que vous avez déjà commencé à chercher des alternatives au monde traditionnel du cheval.

La solution doit partir du principe que le cheval connaît son propre esprit, et que dans toute question concernant son comportement, il est l’autorité. Les chevaux n’ont pas une langue parlée que nous pouvons comprendre, mais ils ont une langue que nous pouvons apprendre. C’est un langage de la physiologie et du mouvement. Lorsque nous passons suffisamment de temps à lâcher prise sur ce que nous pensons savoir sur les chevaux, nous laissons de la place pour que « ce qui existe » se révèle.

Par exemple, si un cheval se met à ruer sous la selle, nous pouvons penser (ou on nous a appris) que c’est parce qu’il est « vilain», comme si les ruades étaient comparables à celui d’un jeune garçon battant un camarade de classe, ou peut-être pensons-nous qu’il reçoit trop de céréales, de luzerne, qu’il fait trop froid, qu’il y a trop de vent ou un nombre incalculable de suppositions.

D’un autre côté, si nous partons du principe que le cheval a une raison parfaitement valable de se débattre et qu’il nous appartient de déterminer ce que c’est, il commencera à nous mener quelque part. C’est un peu comme si nous voyions le cheval comme un cours de langue vivante. Bien sûr, le cheval est le maître de cette langue et nous sommes les élèves qui apprennent à déchiffrer ses mouvements et ses attitudes.

Les chevaux nous voient pour ce que nous sommes vraiment derrière nos masques de mots et de significations cachées. Ils deviennent conscients de ce que nous essayons de cacher à nous-mêmes et aux autres humains : nos frustrations, nos irritations, notre insatisfaction, nos aggravations et, à la base, nos peurs.

Dans quel autre domaine est-il socialement acceptable de battre un animal, où cela est même télévisé et où les plus grands héros de ce sport sont ceux qui portent des fouets à la main et des éperons sur leurs talons, montrant leur « maîtrise » par l’invisibilité de ces « aides » ? Le cheval apprend si bien notre langage et nos capacités à lui causer des douleurs que, dans les mains d’un « expert », la menace de ces dispositifs suffit et les dispositifs eux-mêmes n’ont plus besoin d’être utilisés.

Afin de commencer à comprendre le langage du cheval et de réapprendre notre propre langage naturel, nous devons commencer avec un cheval auquel nous n’infligeons aucune douleur, sinon tout ce que nous apprenons concerne les actions d’un cheval qui souffre, et ensuite d’autres humains nous apprennent comment nous pouvons contrôler cela par une douleur plus importante. En vérité, cela constitue la majeure partie des informations qui ont été étudiées depuis les milliers d’années que nous montons à cheval.

Il est difficile pour le cavalier type de comprendre qu’une véritable relation avec un cheval doit commencer sur le terrain, sans licol, ni longe, ni petit espace confiné. Le sentiment de J. Allen Boone sur les chiens dans A Kinship with all Life s’applique également aux chevaux : « Il y a des faits sur les chiens, et il y a des opinions sur eux. Les chiens ont les faits, et les humains ont les opinions. Si vous voulez des faits sur un chien, obtenez-les toujours directement du chien. Si vous voulez des opinions, obtenez-les de l’homme. »

En s’efforçant d’apprendre la façon dont le corps d’un cheval est conçu, la façon dont certains muscles, tendons et ligaments fonctionnent de concert avec la structure squelettique, ainsi que les capacités et les limites de ces éléments physiologiques, l’humain apprendra à « jouer » avec le cheval, ce qui lui permettra d’acquérir plus de liberté et d’équilibre. De la même manière que le yoga peut aider à équilibrer notre propre corps et notre esprit, la personne apprendra le yoga qui équilibre et libère le cheval pour lui permettre de s’exprimer davantage.

L’étape suivante consiste à apprendre à travailler avec le cheval avec une plus grande discipline, où l’homme et le cheval s’appliquent à des éléments spécifiques qui développent la physiologie du cheval ainsi que la concentration mentale du cheval et de l’homme.

À ce moment-là, un autre signe est que le désir personnel de l’homme de monter à cheval aura naturellement disparu. Une personne à ce niveau de compréhension n’aurait pas plus envie de monter à cheval et de s’atteler à son professeur d’équitation que de monter à cheval et de s’atteler à son meilleur ami humain et de le pousser à faire une belle « promenade ». Si vous êtes au début de cette aventure et ne pouvez pas encore comprendre comment une personne pourrait avoir une relation satisfaisante avec un cheval sans le monter, il serait peut-être utile d’avoir une petite carotte accrochée pour vous tenter.

Lorsqu’un humain a suffisamment bien appris le langage du cheval pour commencer à danser avec son partenaire équin, il le recueille et l’équilibre non pas comme résultat final de la traction, du tirage et de la retenue, mais comme résultat de la conversation d’une langue commune, sans jamais causer de douleur à aucun moment du parcours. Il apprend simplement à diriger ses mouvements comme un chef d’orchestre dirige un orchestre ; ce n’est qu’alors que l’anatomie du cheval révélera qu’il peut effectivement porter un cavalier, sur une colonne vertébrale renforcée qui n’a pas été affaiblie par des heures de martèlement d’un cavalier sur la selle, avec des muscles exempts d’escarres douloureuses, portés dans un état fléchi et contracté qui entraîne une pression sanguine plus élevée dans le muscle et la capacité de ce muscle à supporter la pression d’un cavalier pendant quelques minutes à la fois.

En dernière analyse, lorsque nous suivrons ce chemin, nous ferons l’expérience du cadeau que les chevaux nous ont fait. Ils peuvent nous aider à réapprendre notre propre langue ancienne et à vivre en harmonie avec nous-mêmes et les autres habitants de cette planète. J’espère dans les articles sur mon site pouvoir trouver les mots justes pour exprimer la plénitude de ce que je commence à vivre, mais je devrai peut-être me contenter de pointer des panneaux indicateurs.

– Stormy May

Article source en anglais ici et version vidéo .

A propos doucefrugalite

Créatrice du site DouceFrugalite.com et coach en mode de vie sain avec une alimentation végétalienne HCLF
Cet article, publié dans Animaux et nature, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les dommages causés par l’équitation et comment protéger votre cheval – Stormy May

  1. Merci pour cette traduction sur un sujet malheureusement pas assez traité dans le milieu vegan. Bonne journée. K&M

  2. Bonjour, votre article me parle, étant donné que j’étais étudiante kiné et que je préparais un mémoire sur les pathologies des cavaliers qui subissent également des contraintes rachidiennes. Mais dans le couple, le cheval est clairement le plus concerné selon moi. Merci pour votre article, qui met en lumière les solutions pour améliorer la santé du cheval grâce aux études menées sur les contraintes subies.

Répondre à Réflexions d'une cavalière Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.