Le syndrome prémenstruel se résout par une alimentation saine


Le syndrome prémenstruel (SPM) est une combinaison de symptômes physiques et émotionnels qui surviennent dans les jours précédant les règles. Lorsque les symptômes de l’humeur sont particulièrement importants, les médecins l’appellent trouble dysphorique prémenstruel. La « dysphorie » est le contraire de l’euphorie (se sentir mal fiche, avec des sautes d’humeur, de l’irritabilité, de la colère, de la dépression et de l’anxiété).

Les femmes concernées peuvent perdre l’intérêt pour leurs activités habituelles et avoir des problèmes de concentration, un manque d’énergie et des changements dans l’appétit et le sommeil, entre autres symptômes. Puis, vers le début des menstruations, tous ces symptômes s’évaporent. Ce qui se passe apparemment, c’est que les déplacements d’hormones, ainsi que les prostaglandines libérées de la muqueuse utérine dans le sang, provoquent toutes sortes de symptômes physiques et psychologiques.

Dans une étude, les chercheurs ont demandé aux participantes non seulement l’intensité de la douleur, mais aussi le nombre de jours par mois pendant lesquels elles ressentaient des symptômes prémenstruels, tant physiques que psychologiques. Il s’est avéré que la rétention d’eau a été réduite de 2,9 jours au début de l’étude à 1,3 jour au régime. Et les « changements de comportement » (humeurs et aux réactions émotionnelles) ont été réduits de 1,7 à 1,1 jours de régime. Pour beaucoup, les symptômes étaient non seulement plus brefs, mais aussi plus légers. De plus, elles ont perdu du poids, leur niveau de cholestérol s’est amélioré et elles ont eu davantage d’énergie. Au lieu de se sentir coincées avec des douleurs récurrentes et d’autres symptômes, beaucoup ont acquis un nouveau niveau de contrôle sur leur santé.

L’alimentation végétalienne aiderait le SPM.

• Tout d’abord, l’alimentation végétalienne réduit la quantité d’œstrogènes dans le sang. Certains ont suggéré que cela atténue les hauts et les bas des montagnes russes d’œstrogènes, stabilisant ainsi l’humeur.

• Moins d’œstrogènes signifie également moins d’épaississement de la paroi utérine (l’endomètre).

Le Dr John McDougall explique la même chose dans cette vidéo de 1min30s :

L’endomètre est comme une usine qui produit des prostaglandines, ces composés mesquins qui non seulement provoquent des crampes mais circulent aussi dans le sang, donnant aux femmes l’impression d’être patraque. Si l’endomètre ne s’épaissit pas autant, il ne peut pas produire le raz-de-marée de prostaglandines qui dérange ces femmes. Et soudain, elles se sentez à nouveau elles-mêmes.

Il existe en fait plusieurs prostaglandines différentes. Certaines sont nocives, d’autres sont bienfaitrices. Ces prostaglandines anti-inflammatoires utiles essaient de calmer vos symptômes.

Pour renforcer les prostaglandines utiles, certaines personnes recommandent des aliments riches en acide alpha-linolénique (ALA). L’ALA est une huile oméga-3, parfois appelée « bonnes graisses ». Vous en trouverez dans de nombreux aliments d’origine végétale, notamment les noix, les graines de lin moulues et les produits à base de soja, entre autres.

Cependant, le Dr Neal Barnard pense que les femmes concernées seraient mieux soulagées en arrêtant de consommer des produits d’origine animale et en réduisant le plus possible les huiles, car cela empêchera « l’usine de prostaglandines » (l’endomètre) de trop s’épaissir.

Les femmes souffrant de crampes et du syndrome prémenstruel chaque mois ont tout à gagner en végétalisant leur alimentation. Pour de nombreuses femmes, cela change la vie. Mieux encore, les aliments qui améliorent ces problèmes mensuels favorisent également un contrôle durable du poids et aident à prévenir de graves problèmes de santé futurs.

Les conseils du Dr Neal Barnard pour lutter contre la douleur et le SPM

L’objectif est de parvenir à un meilleur équilibre hormonal. Cela s’accomplit en basant l’alimentation sur des aliments végétaux riches en fibres qui aideront l’organisme à éliminer les œstrogènes en excès et en évitant les produits laitiers, qui contiennent des œstrogènes provenant de la vache.

En étudiant les crampes menstruelles et le SPM, certains chercheurs ont également constaté les bienfaits de la vitamine D, de la vitamine E, des compléments de calcium, des compléments d’oméga-3 ou de la crème de progestérone naturelle. Mais l’alimentation est la clé. C’est ce qui permet de mieux équilibrer la chimie du corps.

Ainsi, pour prévenir ou réduire les douleurs menstruelles et le SPM :

1. Éviter complètement les produits d’origine animale (viandes, poissons, produits laitiers, œufs).

2. Consommer beaucoup d’aliments riches en fibres, tels que les haricots, les légumes, les fruits et les céréales de préférence complètes.

3. Éviter les huiles. Il est utile d’éviter les huiles dans la cuisine. Il vaut mieux utiliser des méthodes de cuisson sans huile, comme la cuisson à la vapeur, à l’eau, au four ou dans un bouillon de légumes. Choisir des vinaigrettes sans huile pour les salades et éviter les aliments gras, comme les frites, les chips, les pâtisseries grasses, etc., et réduire au minimum les noix, les beurres de noix et les avocats.

4. Profiter des aliments riches en protéines végétales, comme le tofu ou le tempeh, surtout au début du petit-déjeuner.

5. Éviter les desserts et le chocolat. Leurs effets varient d’une personne à l’autre.

6. Éviter la caféine et l’alcool.

7. Prendre suffisamment de vitamine B12 chaque jour. Elle est essentielle au bon fonctionnement du cerveau. Les adultes n’ont besoin que de 2,4 μg par jour, et des compléments peu coûteux sont disponibles dans toutes les pharmacies et les magasins d’aliments naturels.

8. Faire du sport régulièrement. Les directives sur l’activité physique des États-Unis recommandent de pratiquer une activité physique d’intensité modérée pendant deux heures et demie à cinq heures chaque semaine.

9. Dormir suffisamment.

10. S’exposer au soleil. La lumière du soleil sur la peau fournit la vitamine D nécessaire. Elle aide également à améliorer l’humeur.

Le Dr Barnard dit qu’il est important de suivre ses 10 astuces à 100 %, et de ne pas prendre un peu de poulet ou de yaourt ici ou là, en croyant que cela n’a pas d’importance. Même de petites quantités de ces aliments peuvent freiner les progrès, et c’est vrai même si ces produits d’origine animale sont consommés plusieurs semaines avant les règles.

Cela peut sembler difficile au début. Mais il assure que les femmes concernées seront surprises de voir à quel point cela devient vite facile et combien d’aliments font l’affaire. Certains aliments perçus comme des amis pendant toutes ces années s’avèrent nocifs. Et il y a tant d’aliments sains délicieux à découvrir.

Pour apprendre à manger 80/10/10 à long terme en se régalant, cliquez ici.

A propos doucefrugalite

Créatrice du site DouceFrugalite.com et coach en mode de vie sain avec une alimentation végétalienne HCLF
Cet article, publié dans Santé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le syndrome prémenstruel se résout par une alimentation saine

  1. Merci pour cet article. On voit que vous y avez passé du temps. Bravo !
    (Je pense que je vais suivre les conseils de cet article, on verra bien si ça me fait effet😁)

  2. Article très intéressant !!

  3. Qu’en est il alors de la période de périmenopause et de la ménopause où justement la quantité d’oestregene diminue considérablement et crée des problèmes ? Quand on lit ton article, on peut se dire que paradoxalement, je devrais manger des produits animaux… Je provoque un peu bien sûr mais je suis perdue du coup…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.