Le syndrome du candida est-il réel ?

Résumé de l’article :

  1. Les chercheurs n’ont trouvé aucune preuve du syndrome du candida dans les intestins.
  2. Si les individus mangent moins de sucres, ou davantage de sucre, la quantité de levure « Candida » ne change pas dans les intestins.
  3. Attention aux faux diagnostics et donc aux mauvais remèdes.

Article complet :

Malgré l’utilisation extensive de la levure dans l’industrie de la brasserie et de la boulangerie, seuls 5% des personnes en bonne santé ont des anticorps anti-levure dans leur sang, alors que chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn, ce chiffre est plutôt de 60 ou 70 %. La plupart des personnes atteintes de la maladie de Crohn ont des anticorps qui réagissent à la levure de boulangerie, la levure de bière ou la levure alimentaire, qui sont toutes des formes différentes d’une levure connue sous le nom de Saccharomyces cerevisiae.

Mais cette levure de boulangerie, de brasserie ou nutritionnelle n’a jamais été directement impliquée dans la maladie de Crohn. Peut-être que les anticorps sont une réaction directe à cette levure, ou peut-être une réaction à une autre levure, et que les anticorps réagissent par erreur avec une levure ordinaire. Et, en effet, cinq ans plus tard, on a découvert que les anticorps contre le Candida, un type de levure totalement différent, la levure qui provoque la candidose et les infections vaginales à levures, peuvent réagir de manière croisée avec les Saccharomyces. Alors, peut-être que la levure de boulangerie/ de bière/ alimentaire n’a été qu’un spectateur innocent pendant tout ce temps?

Depuis près de 30 ans, nous savons que les anticorps aux Saccharomyces sont liés à la maladie de Crohn. Mais, au lieu que ce soit la levure de boulanger, la levure bière et la levure alimentaire qui conduisent à la maladie de Crohn, peut-être que le Candida est à l’origine de la maladie de Crohn et des anticorps. Ou alors, peut-être que le Candida est un spectateur innocent et que l’exposition à la levure des aliments et des boissons est le vrai coupable. On ne sait pas tant qu’on ne l’a pas mis à l’épreuve.

Prenez les patients atteints de la maladie de Crohn, retirez la levure de leur régime alimentaire et voyez s’ils vont mieux. Si c’est le cas, alors c’est bien le coupable. Mais s’ils ne le font pas, alors peut-être que c’est quelque chose comme ça, où le Candida est la vraie cause.

Avant d’en arriver à l’étude, laissez-moi d’abord démolir quelques mythes sur le Candida. Le Candida est un constituant normal de notre flore intestinale. Mais si vous avez du Candida dans votre sang, il peut provoquer une infection mortelle. Mais il est normal d’avoir du Candida dans la bouche ou dans le côlon. C’est une question d’emplacement. Tout comme il est normal d’avoir des bactéries fécales dans le côlon, mais la présence de bactéries fécales dans le sang ou dans une plaie seraient nocive.

En raison de la capacité du Candida à causer des problèmes au mauvais endroit, ou chez les personnes immunodéprimées, une théorie du syndrome de Candida est apparue, liant la présence du Candida à toutes sortes de problèmes de santé, ce qui a conduit à la « mycophobie » (peur irraisonnée des champignons), qui est une fausse interprétation selon laquelle la présence de Candida dans la bouche ou les selles est la preuve d’une certaine forme d’infection, plutôt que d’être tout à fait normale. Et si vous pensez que les auteurs sont un peu trop dramatiques dans leur discours sur la phobie, il vous suffit de chercher Candida sur Google, et vous verrez.

Non seulement il est normal d’avoir le Candida dans les tripes, mais vous ne pourriez apparemment pas vous en débarrasser même si vous le vouliez. Donnez aux gens de puissants antifongiques, et vous pouvez faire baisser les niveaux, mais ils remontent dès que vous les arrêtez. Et il y a le concept de sucre qui nourrit la levure, donc suivre un régime pauvre en sucre n’a pas beaucoup de sens, puisque, à moins que vous ne soyez intolérant au lactose ou autre, les sucres devraient être absorbés en haut de l’intestin grêle, et ne jamais descendre dans le côlon. Et en effet, il semble qu’il n’y ait « aucune corrélation » entre le nombre de Candida et la consommation de sucre. Vous pouvez mettre les gens au régime à haute teneur en sucre en ajoutant 14 cuillères de sucre supplémentaires à leur régime alimentaire, et vous ne constaterez toujours pas d’effet. Bien sûr, il existe de nombreuses raisons scientifiques pour réduire la consommation de desserts, mais le Candida ne semble pas en faire partie.

Il ne semble pas y avoir de preuves solides de l’existence du « syndrome de Candida ». Mais, oh, ce sont des mots qui se combattent. « Peu de maladies ont suscité autant d’hostilité entre la communauté médicale et… [les croyants] dans le grand public. » La communauté médicale a écarté les prétendus malades comme étant émotionnellement perturbés, ou tout simplement fous. Bien sûr, on ne peut pas les traiter de fous. « Les diagnostics psychiatriques doivent être présentés avec douceur. » Par exemple : « Certains patients préfèrent » croire que leur maladie mentale est causée par le Candida, auquel cas les médecins peuvent simplement leur taper sur la tête, afin qu’ils prennent leurs pilules. Les patients qui s’auto-diagnostiquent avec le Candida ne renoncent apparemment « que rarement à leur maladie », certains au point de tenter d’utiliser leur levure « comme défense contre l’alcool au volant ». Je ne buvais pas, votre honneur ; ma levure n’était qu’une bière auto-brassée dans mes tripes.

Le concept même du syndrome de Candida est officiellement tourné en dérision par l’Académie américaine d’allergie et d’immunologie comme étant « spéculatif et non prouvé », offrant étude après étude « aucune preuve… aucune preuve… aucune preuve… aucune preuve… aucune preuve ». La présomption que l’omniprésent Candida a des effets toxiques sur notre corps est sans aucune trace de preuve scientifique. Vous ne voulez aucune preuve, a écrit quelqu’un en réponse, que pensez-vous des millions d’opérations inutiles d’amygdalectomie que les médecins ont effectuées ? Ne me parlez pas des mastectomies radicales. Au moins, mettre les gens sous régime hyposucré ne défigure pas les gens. Bien que certaines thérapies anti-Candida puissent être « potentiellement dangereuses », les médicaments antifongiques peuvent favoriser la résistance et avoir des effets secondaires. La nystatine n’est pas si mauvaise, mais le kétoconazole peut endommager votre foie. Et en effet, il y a des rapports de personnes traitées pour ce qui pourrait être un faux diagnostic et qui se retrouvent dans une situation très difficile à cause de cela. Il est donc important de savoir si le syndrome existe réellement. C’est pourquoi les chercheurs ont décidé de le mettre à l’épreuve.

Une étude super simple. Donnez à des personnes des « tubes à selles » pour prélever des échantillons, posez-leur un tas de questions sur les symptômes qu’elles présentent (maux de tête, maux d’estomac, fatigue) tous les symptômes typiques dudit syndrome de Candida. Et les chercheurs n’ont trouvé aucun lien avec la présence ou non de Candida dans leur intestin, concluant donc qu’aucune preuve de syndrome de Candida n’a pu être trouvée.

Sources mentionnées :

A propos doucefrugalite

Créatrice du site DouceFrugalite.com et coach en mode de vie sain avec une alimentation végétalienne HCLF
Cet article, publié dans Véganisme, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.