Les œufs de poules de jardin… et leur histoire inéluctablement violente

Traduction de l’article de Ashley Capps

La domestication — la première violence

La domestication des poulets par l’homme est l’un des chapitres les plus violents de toute notre histoire de maltraitance des animaux.

Les poulets d’aujourd’hui descendent des poules rouges de la jungle d’Asie (coq Bankiva), où leurs homologues vivant en liberté dans les forêts existent toujours. Capturés et élevés en captivité pour le sadique divertissement humain des « combats de coqs », les poulets ont ensuite commencé à être élevés pour la consommation de leur chair et de leurs œufs.

Coq Bankiva. Photo: Goldy RS

Dans son livre, Prisoned Chickens, Poisoned Eggs, Karen Davis, Ph.D., écrit : « Il se peut que les combats de coqs aient précédé et conduit à l’utilisation des poulets pour l’alimentation, le gibier à plumes femelle étant perçu comme une source de viande et d’œufs. Les humains ont peut-être découvert qu’en volant les œufs du nid qu’ils ne voulaient pas faire éclore, ou qu’ils voulaient manger, ils pouvaient inciter la poule à pondre des œufs compensatoires et à continuer à pondre pendant une saison prolongée.

L’élevage des poules pour encourager la ponte aurait commencé il y a 5000 voire 10 000 ans. L’intervention de l’homme est certaine. La ponte en tant qu’activité indépendante, détachée du don de la vie, n’est pas un phénomène naturel chez les oiseaux. Comme l’indique le livre The Chicken Book, « la principale distinction entre les oiseaux domestiques et les oiseaux sauvages réside dans le fait que les oiseaux sauvages (comme tous les oiseaux sauvages) ne pondent pas un surplus d’œufs. Le plus souvent, elles ne pondent qu’au printemps, lorsqu’elles sont prêtes à élever une couvée de poussins ». (Smith et Daniel, 33) ».

Grâce à des siècles de reproduction sélective agressive, l’homme a transformé les poules en oiseaux qui ne pondent pas 12 à 20 œufs par an comme dans la nature (ils ne pondent qu’une ou deux fois par an), mais qui pondent maintenant 250 à 350 œufs par an pour répondre à la demande humaine.

péritonite - autopsie d'une poule morte

Notre manipulation génétique frankensteinienne du système de reproduction de ces oiseaux afin de les contraindre à surproduire des œufs implique que même les poules les plus « heureuses » endurent une foule de maladies et de troubles de la reproduction qui finissent par tuer beaucoup d’entre elles bien plus tôt que ce qui est naturel. Ces maladies incluent l’ostéoporose invalidante, les tumeurs de l’oviducte, la péritonite (voir image ci-dessus et vidéo ci-dessous), l’adhérence de l’œuf (les gros œufs se bloquent et leur passage est lent et douloureux) et le prolapsus utérin, un état maladif dans lequel la partie inférieure de l’oviducte ne se rétracte pas dans le corps après l’oviposition, ou la ponte d’un œuf. Tout comme l’adhérence de l’œuf, le prolapsus est généralement le résultat de la manipulation génétique de petits oiseaux pour qu’ils pondent un nombre anormalement élevé d’œufs de taille anormale.

Mais hormis la myriade de troubles de la reproduction qui frappent régulièrement même les races « patrimoniales » les plus pures, consommer des œufs de « poules de basse-cour », dont les rythmes de ponte anormaux (par opposition à une ou deux fois par an à des fins de reproduction) est le résultat direct d’une longue histoire de violence, n’efface pas cette injustice initiale ; au contraire, elle en tire profit. Consommer des œufs de « poules heureuses » n’est donc pas un rejet, mais plutôt une approbation de l’histoire d’exploitation et de la mentalité violemment autorisée qui a amené ces animaux ici au départ, et qui les a amenés à commencer à produire des œufs toute l’année.

Le fruit de l’arbre empoisonné

Il existe un terme pour ce type de préjudice. Dans le vocabulaire juridique étasunien, le concept est connu sous le nom de « Fruit de l’arbre empoisonné« . Comme le dit Sherry Colb, avocate et auteur : « Permettez-moi d’élaborer le concept juridique du fruit de l’arbre empoisonné. Si quelqu’un a commis une faute en acquérant un produit quelconque… il est illégal d’utiliser et de profiter des « avantages » de ce produit tout comme il était illégal de commettre le dommage qui a entraîné l’acquisition du produit en premier lieu. En d’autres termes, on devient complice de la faute initiale en prenant les fruits de cette faute et en les utilisant comme une source de plaisir… »

Dans le contexte du fruit de l’arbre empoisonné, « il y a deux préjudices distincts associés au fait de tirer profit de l’acte répréhensible. Premièrement, on récompense directement la commission du tort initial en utilisant les fruits du tort de la manière précisément envisagée par le premier fautif. » Dans ce cas, les poulets ont été domestiqués pour être exploités à des fins de divertissement (combats de coqs) et pour leur chair et leurs œufs. Consommer leurs œufs, c’est cautionner ce tort initial à leur encontre.

« Le deuxième préjudice est celui de la complicité morale… le fait de participer à des biens obtenus à tort rend un acteur complice de la faute qui a eu lieu en premier lieu. Pour cette raison, vous pourriez être réticent à porter un bijou qui a été pris sur un cadavre, même si le fait de porter le bijou n’aura aucun effet sur la personne qui a commis le meurtre et qui a laissé le bijou volé pour que vous le retrouviez (et peut même ne pas être connu par elle). » Autrement dit, vous savez que quelqu’un a été délibérément blessé et traité injustement pour que cet article soit mis à votre disposition. Il est le produit d’un acte immoral qui a cherché à causer un préjudice intentionnel. Pourquoi souhaiteriez-vous bénéficier d’un tel acte ?

Photo: Dora Santoro

Cette injustice initiale – la domestication des poulets dans le but de les exploiter violemment – est l’arbre inévitable duquel la pomme empoisonnée – en l’occurrence l’œuf – est sans équivoque arrachée. Choisir de consommer les produits – dont nous n’avons pas besoin – d’une longue histoire d’exploitation systématique et d’asservissement reproductif, c’est choisir de cautionner cette exploitation et ces abus. Nous pouvons clairement voir le mal quand l' »arbre empoisonné » est une victime humaine, mais dans le cas des poulets, notre capacité à voir le mal est brouillée par l’idée culturellement ancrée que le corps des animaux et les produits de reproduction ne leur appartiennent pas.

Comme l’a fait remarquer avec éloquence le Dr Will Tuttle : « Le fait d’abriter l’idée de posséder un autre être vivant est en soi un acte de violence, et notre violence extérieure envers les animaux non humains, qui est si dévastatrice pour nous tous, découle de cette idée. L’idéal végane de compassion pour toute vie a pour cœur cette même idée que nous ne possédons jamais autrui. Nous pouvons être leurs gardiens, leurs compagnons, leurs amis, leurs protecteurs, leurs admirateurs et leurs appréciateurs, et cela nous récompense bien plus que nous ne le pensons. Le passage de « propriétaire » à « gardien » libère à la fois les « propriétaires » et les « possédés », et établit les bases de la paix, de la liberté et de la justice. Nous sommes tous victimes de la mentalité de propriété imposée par la culture, qui réduit les êtres à de simples marchandises, que ce soit pour la nourriture, les vêtements, le divertissement ou la myriade d’autres usages. Il est grand temps pour nous de nous réveiller de la transe culturelle de la propriété de nos semblables. »

A propos doucefrugalite

Créatrice du site DouceFrugalite.com et coach en mode de vie sain avec une alimentation végétalienne HCLF
Cet article, publié dans Animaux et nature, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.