Les bienfaits du mucus, de la morve et des expectorations

On tousse et on crache, mais le mucus mérite notre reconnaissance

Article original en anglais du 20 février 2019 par Bethany Brookshire

Le mucus, la morve et les expectorations sont faits de la même chose et servent le même but. C’est une première ligne de défense contre les germes.

Le mucus. Vous l’expectorez. Vous le crachez. Vous l’évacuez dans des mouchoirs et vous le jetez. Mais bien qu’ils soient dégoûtants une fois qu’ils sortent de notre corps, le mucus, la morve et les expectorations jouent un rôle important à l’intérieur de nous.

Faisant partie du système immunitaire, cette substance visqueuse et collante nous fournit une aide précieuse, explique Brian Button. Il est spécialisé en biophysique (la physique des êtres vivants) à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Le mucus recouvre toutes les parties de notre corps qui sont exposées à l’air mais non protégées par la peau. Cela comprend notre nez, notre bouche, nos poumons, nos zones de reproduction, nos yeux et notre rectum. « Tous sont tapissés de mucus pour piéger et dégager les choses auxquelles nous sommes exposés », explique-t-il.

Cette substance collante est constituée de longues molécules appelées mucines. Mélangées à de l’eau, les mucines se lient pour former un gel collant. Ce gel piège les bactéries, les virus, la saleté et la poussière dans son étreinte collante. En fait, le mucus est la première ligne de défense du poumon contre les germes, ce qui explique pourquoi les poumons en produisent autant. Nos poumons produisent environ 100 mL de mucus par jour, assez pour remplir environ le quart d’une canette de soda.

Le mucus pulmonaire s’appelle flegme. Il est plus épais et plus collant que le mucus de notre nez ou de nos zones de reproduction. Mais tout notre mucus est fait à partir de mucines, dont B. Button dit qu’elles ont des « goûts différents ». Ces goûts sont dus à des isoformes, des protéines qui reçoivent des instructions des mêmes gènes pour se former mais qui finissent par avoir des séquences légèrement différentes. Diverses isoformes produisent du mucus qui peut être plus épais ou plus mince.

« On dit que les médecins choisissent leur spécialité selon de ce qui les dégoûte le moins », dit Stephanie Christenson. « Je ne pourrais pas travailler avec le caca, mais mes amis médecins [dans d’autres spécialités] détestent ce que je fais parce qu’ils trouvent le mucus dégoûtant. » S. Christenson est pneumologue (spécialiste des poumons) à l’Université de Californie, à San Francisco. 

Elle explique que le mucus est naturel. Les poumons sont exposés à l’environnement. Chaque bouffée d’air que l’on inspire peut apporter des bactéries, des virus et plus encore. Le corps a besoin d’un moyen de les expulser et utilise le mucus. « Voilà pourquoi le mucus est notre ami », dit-elle. 

Pour évacuer les envahisseurs hors des poumons, le flegme doit s’écouler en permanence. Les cellules qui tapissent les poumons sont recouvertes de cils, qui sont de minuscules structures ressemblant à des cheveux. Ils font des mouvements de va-et-vient, poussant le mucus vers le haut et hors de nos voies respiratoires. Quand le flegme atteint la gorge, nous l’expectorons. Et puis, la plupart du temps, nous l’avalons sans y réfléchir. L’estomac décomposera plus tard les germes qu’il a collectés en cours de route. Délicieux !

Après un rhume ou une grippe, « notre corps produit davantage de mucus pour piéger et éliminer les germes », explique M. Button. S’il y a trop de flegme dans les poumons pour que les cils l’évacuer, on tousse. L’air précipité détache le mucus des poumons pour que nous puissions l’expectorer.

Dans d’autres parties du corps, le mucus joue d’autres rôles. Il garde la surface de nos yeux humide. La morve enduit notre bouche et notre nez afin de nous protéger contre les germes et de soulager nos membranes irritées. Dans le rectum, le mucus aide à réguler la vitesse à laquelle les mammifères évacuent leurs selles. Et dans l’appareil génital féminin, le mucus peut contrôler si un spermatozoïde parvient à un ovule.

Aussi dégoûtant ou visqueux qu’il puisse paraître, le mucus est avec nous à chaque instant de notre vie. « Si vous pensez au rôle qu’il remplit, c’est un peu moins dégoûtant », dit Christenson.

Tenter de lutter contre le mucus avec des remèdes miracles n’est pas la bonne approche. Il vaut mieux éviter de tomber malade en adoptant un mode de vie sain. La dernière fois que je suis tombée malade, c’était en 2004 et j’écris ce paragraphe fin 2019. J’ai parfois le nez qui coule, mais cela cesse vite et cela n’a rien à voir avec les horribles rhinites permanentes que j’avais étant enfant et adolescente.

Pour voir la liste de mes programmes, cliquer ici.

A propos doucefrugalite

Créatrice du site DouceFrugalite.com et coach en mode de vie sain avec une alimentation végétalienne HCLF
Cet article, publié dans Véganisme, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.