Lien entre endométriose, kystes ovariens et alimentation (+témoignage de guérison)

Paula a eu le courage de suivre
une alimentation non conventionnelle
pendant sa grossesse et la croissance de son fils
grâce aux conseils du Dr McDougall.

Son endométriose a guéri.

Avant, elle ne réalisait pas
que l’alimentation occidentale
chargée de viande et de produits laitiers
est à l’origine de l’épidémie d’obésité et de maladies
dont souffrent les plus jeunes et les moins jeunes,
même les femmes enceintes.

Hélas, l’approche alimentaire
semble n’être tentée qu’en dernier recours,
après l’échec des miracles modernes
de l’industrie médicale et pharmaceutique.

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente
qui concerne une femme sur dix.

Dans certains cas,
elle provoque des douleurs fortes,
notamment au moment des règles,
et/ou une infertilité.

La moitié des femmes ayant une alimentation occidentale
peuvent avoir cette maladie sans symptôme,
ce qui a été déterminé par autopsie.[1]

Celles qui mangent du bœuf
ont un risque bien plus élevé
de développer l’endométriose,
et celles qui mangent des légumes et des fruits
ont un risque plus faible.[2]

Il existe un lien similaire
entre alimentation et kystes ovariens,
fibromes utérins, cancer des ovaires
et cancer des ovaires de l’utérus (endomètre).[2-6]

L’alimentation occidentale trop riche en graisses
altère les hormones féminines,
ce qui cause le développement de maladies
dans les tissus hormono-dépendants
(utérus, ovaires, vagin et seins).

Les produits chimiques dans l’environnement,
le manque de fibres alimentaires,
une consommation excessive de lipides,
les œstrogènes dans le lait de vache,
le manque de phytœstrogènes d’origine végétale,
et l’obésité qui en résulte
sont certains des moyens par lesquels
l’alimentation a un effet néfaste sur les hormones.[6-10]

Voici les bienfaits qu’ont les femmes qui adoptent
une alimentation végétalienne pauvre en graisses :

  1. Leurs hormones sexuelles se corrigent
  2. Soulagement des saignements menstruels abondants, de la maladie fibrokystique du sein et du SPM
  3. Réduction considérable du risque de cancer du sein et du col de l’utérus

Il existe peu de recherches
sur la fertilité et l’alimentation,
mais, on sait qu’une alimentation
pauvre en graisses et/ou une perte de poids
améliorent la fonction des ovaires
et la fertilité d’une femme.[11-12]

La meilleure alimentation pour tous,
y compris les femmes enceintes
et les enfants en pleine croissance
est une alimentation riche en glucides et pauvre en graisse
(+ des compléments de vitamine B12).

Merci à toutes les personnes qui ont répondu
au dernier mail pour suggérer des idées de sujet.

Pauline

*

Cet article a déjà été envoyé aux personnes abonnées à mon mail privé. Pour recevoir chaque jour un conseil comme celui-ci, clique sur ce bouton :

—–
Sources :

  1. Williams TJ, Pratt JH. Endometriosis in 1,000 consecutive celiotomies: incidence and management. Am J Obstet Gynecol. 1977 Oct 1;129(3):245-50.
  2. Parazzini F, Chiaffarino F, Surace M, Chatenoud L, Cipriani S, Chiantera V, Benzi G, Fedele L. Selected food intake and risk of endometriosis. Hum Reprod. 2004 Aug;19(8):1755-9.
  3. Chiaffarino F, Parazzini F, La Vecchia C, Chatenoud L, Di Cintio E, Marsico S. Diet and uterine myomas. Obstet Gynecol. 1999 Sep;94(3):395-8.
  4. Levi F, Franceschi S, Negri E, La Vecchia C. Dietary factors and the risk of endometrial cancer. Cancer. 1993 Jun 1;71(11):3575-81.
  5. Bosetti C, Negri E, Franceschi S, Pelucchi C, Talamini R, Montella M, Conti E, La Vecchia C. Diet and ovarian cancer risk: a case-control study in Italy. Int J Cancer. 2001 Sep;93(6):911-5.
  6. Rock CL, Flatt SW, Thomson CA, Stefanick ML, Newman VA, Jones LA, Natarajan L, Ritenbaugh C, Hollenbach KA, Pierce JP, Chang RJ. Effects of a high-fiber, low-fat diet intervention on serum concentrations of reproductive steroid hormones in women with a history of breast cancer. J Clin Oncol. 2004 Jun 15;22(12):2379-87.
  7. Bagga D, Ashley JM, Geffrey SP, Wang HJ, Barnard RJ, Korenman S, Heber D. Effects of a very low fat, high fiber diet on serum hormones and menstrual function. Implications for breast cancer prevention. Cancer. 1995 Dec 15;76(12):2491-6.
  8. Woods MN, Barnett JB, Spiegelman D, Trail N, Hertzmark E, Longcope C, Gorbach SL. Hormone levels during dietary changes in premenopausal African-American women. J Natl Cancer Inst. 1996 Oct 2;88(19):1369-74.
  9. Ganmaa D, Sato A. The possible role of female sex hormones in milk from pregnant cows in the development of breast, ovarian and corpus uteri cancers. Med Hypotheses. 2005;65(6):1028-37.
  10. Rier SE. The potential role of exposure to environmental toxicants in the pathophysiology of endometriosis. Ann NY Acad Sci. 2002 Mar;955:201-12;
  11. Chavarro JE, Rich-Edwards JW, Rosner BA, Willett WC. Protein intake and ovulatory infertility. Am J Obstet Gynecol. 2008 Feb;198(2):210.e1-7.
  12. Wilkes S, Murdoch A. Obesity and female fertility: a primary care perspective. J Fam Plann Reprod Health Care. 2009 Jul;35(3):181-5.

A propos doucefrugalite

Créatrice du site DouceFrugalite.com et coach en mode de vie sain avec une alimentation végétalienne HCLF
Cet article, publié dans Santé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.