L’alimentation qui enraye le diabète par le Dr Neal Barnard

James O’Donovan résume les points principaux du livre écrit par le fameux auteur et fondateur du Physicians Committee for Responsible Medicine (PCRM). Cet article ne doit évidemment pas être interprété comme un conseil médical et vous devriez entreprendre tout changement alimentaire en consultation avec votre médecin. Mais si vous souhaitez acquérir des connaissances afin de prendre la responsabilité de vivre de façon saine, lisez-le. Information provenant de Diabetes Ireland : Il existe deux catégories principales de diabète : Le diabète de type 1 a tendance à survenir durant l’enfance ou tôt dans la vie d’adulte, et nécessite toujours un traitement avec des injections d’insuline. Il est causé par le système immunitaire de l’organisme qui détruit ses propres cellules productrices d’insuline (cellules bêta) du pancréas. Le diabète de type 2 se développe habituellement lentement dans la vie d’adulte. Il peut être progressif, mais peut être traité avec l’alimentation et le sport, mais il est typiquement traité avec des médicaments et/ou des injections d’insuline accompagnées de conseils concernant l’alimentation et le mode de vie. Environ 40 % des personnes diagnostiquées comme ayant un diabète finissent par être traitées avec des injections d’insuline. Vous avez un risque accru d’avoir le diabète de type 2 si vous :
  • Avez plus de 40 ans
  • Avez un parent, un frère ou une sœur qui a le diabète
  • Avez eu le diabète pendant une grossesse
  • Êtes en surpoids pour votre taille
  • Ne faites pas 30 minutes d’exercice physique par jour
  • Avez une pression sanguine élevée
  • Avez un niveau de cholestérol élevé
Et/ou reconnaissez l’un de ces symptômes :
  • Vision floue
  • Fatigue, manque d’énergie
  • Soif extrême
  • Allez souvent aux toilettes (pour uriner), en particulier la nuit
  • Gain ou perte de poids rapides et inexpliqués
  • Infections fréquentes
  • Engourdissement, douleur ou picotement dans vos mains ou pieds
Plus vous avez de facteurs de risque ou de symptômes, plus vous avez de chances d’avoir un diabète ou un pré-diabète. Le diabète cause des dommages aux petits et grands vaisseaux sanguins, ce qui peut mener à une rétinopathie, la cécité, une maladie cardiaque, une néphropathie, un amputation et la mort prématurée. On estime à 225 840 le nombre de personnes vivant avec un diabète en Irlande. On compte environ 14 000 à 16 000 personnes ayant un diabète de type 1. On estime à 350 000 le nombre de personnes qui sont pré-diabétiques. Le coût du traitement du diabète en Irlande représente environ 10 % du budget de santé national, ce qui est un fardeau économique très important. Le site web de The Diabetes Ireland fournit les recommandations nutritionnelles suivantes (elles sont différentes de celles du Dr Neal Barnard) :
  • Manger des repas ordinaires.
  • Inclure un féculent tel que du pain, des céréales, des pommes de terre, du riz ou des pâtes à chaque repas.
  • Limiter la consommation d’aliments sucrés.
  • Réduire la consommation de graisse totale et choisir davantage de graisses mono-insaturées.
  • Manger des fruits et des légumes régulièrement, en visant au minimum 5 portions d’un mélange de fruits et de légumes chaque jour.
  • Manger du poisson gras deux fois par semaine.
  • Éviter d’ajouter du sel aux aliments et réduire d’aliments transformés.
  • Ne pas dépasser les niveaux de consommation d’alcool recommandés.
Pendant longtemps, le diabète était considéré comme une maladie progressive, mais des études récentes montrent que cet état peut être enrayé. L’étude des résultats sur le programme de prévention du diabète démontre que le diabète de type 2 dans le groupe avec des changements de mode de vie était réduit de 34 % par rapport au groupe témoin. L’étude sur le diabète finnoise était plus intensive avec des participants qui bénéficiaient d’une importante aide relative au mode de vie (consommation alimentaire, activité physique, consommation de cigarettes et d’alcool) et montre qu’ils ont pu réduire le diabète de type 2 de 80 %. « L’alimentation qui enraye le diabète » par le Dr Neal Barnard Ce livre fournit des explications scientifiques complètes des causes, des symptômes et du traitement du diabète. Le livre recommande une alimentation à base de plantes entières (WFPB), car il a été démontré qu’elle réduit la glycémie, augmente la sensibilité à l’insuline et réduit ou élimine les médicaments.
Livre « Dr. Neal Barnard’s Program for Reversing Diabetes » du Dr Neal Barnard
Le livre met l’emphase sur des douzaines d’études de recherche différentes, en clarifiant la manière dont une alimentation WFPB enraye le diabète et ses symptômes tels que les maladies cardiaques. Une étude de 2003 à l’université George Washington et l’université de Toronto a comparé une alimentation WFPB avec l’alimentation recommandée par l’association américaine du diabète (similaire à celle qui est recommandée par Diabetes Ireland).  Dans une analyse minutieuse qui garde le sport et les médicaments constants, il s’est avéré qu’une alimentation WFPB régule la glycémie trois fois plus efficacement que l’alimentation de bonnes pratiques ci-dessus. Elle accélère également la perte de poids, régule le cholestérol et mène à une baisse de la pression sanguine. Ce qui cause le diabète : Le glucose est le carburant de base qui alimente nos cellules et l’activité de notre organisme et il est essentiel à la vie. Le problème fondamental du diabète est que le glucose qui est dans la circulation sanguine ne parvient pas à atteindre vos cellules. Étant donné que vos cellules ne reçoivent pas le carburant dont elles ont besoin, vous vous sentez plus fatigué. Il y a également des mictions plus importantes, car l’organisme tente de se débarrasser de l’excès de sucre présent dans le sang. Des niveaux de glucose élevés dans le sang peuvent endommager le cœur, ainsi que les vaisseaux sanguins délicats de vos yeux, reins et extrémités. L’insuline est une hormone produite dans le pancréas. Elle agit comme une clé ouvrant une porte dans la paroi de la cellule, ce qui permet au glucose d’entrer dans la cellule et d’alimenter les activités de la cellule. Si votre pancréas ne produit pas d’insuline ou si la porte ne s’ouvre pas quand la clé va dans la serrure, cela résulte en des niveaux élevés de glucose sanguin. L’insuline fonctionne en se fixant à un récepteur sur la surface de la cellule, ce qui signale à la membrane de la cellule de laisser entrer le glucose. Cependant, si de la graisse cellulaire musculaire, appelée graisse intramyocellulaire, s’accumule à l’intérieur de la cellule, cela interfère avec le procédé de signalement de l’insuline. C’est comme si la serrure d’une porte était bouchée par un chewing-gum, ainsi la porte ne peut pas s’ouvrir. Heureusement, un certain nombre d’études montre que l’alimentation peut nettoyer nos serrures cellulaires biologiques afin que les clés de l’insuline puissent fonctionner à nouveau. Habituellement, de petites organelles appelées mitochondries sont censées brûler la graisse stockée dans nos cellules. Quand les gens ont une alimentation riche en graisses, de la graisse s’accumule dans les cellules musculaires, mais il semble également que le nombre de mitochondries qui brûlent de la graisse est réduit. Historiquement, cela aurait pu être avantageux dans des environnements où les aliments gras sont difficiles à obtenir, mais dans notre environnement cela est problématique. Il a été démontré que quand les gens adoptent une alimentation pauvre en graisses, la quantité de graisses dans leurs cellules chute et leur résistance à l’insuline disparaît. Dans une étude à l’Imperial College School of Medicine de Londres, on a mesuré la graisse intramyocellulaire chez des personnes suivant une alimentation WFPB et une alimentation omnivore. Les végétaliens présentent 31 % moins de graisse intracellulaire que les omnivores. Une alimentation WFPB prévient l’accumulation de graisses dans nos cellules. La plupart des recommandations nutritionnelles portent essentiellement sur la limitation des aliments sucrés consommés et la régulation des heures et des quantités de glucides consommés. Elles tendent également à restreindre les calories consommées pour faire perdre du poids et à limiter certaines graisses afin de réduire le risque de maladie cardiovasculaire. Néanmoins, étant donné que le poulet, le poisson, les œufs et les produits laitiers sont tous riches en graisses, quand les gens suivent cette alimentation les améliorations sont souvent infimes. Par conséquent, la plupart des Irlandais finissent par prendre des médicaments et 40 % des personnes finissent par avoir besoin d’injections d’insuline. L’alimentation WFPB fonctionne sur deux niveaux. Tout d’abord, l’objectif est d’éliminer le chewing-gum qui est dans les serrures, afin de permettre aux clés de l’insuline de remplir sa fonction de signalement. Le deuxième objectif est d’aider à protéger votre corps du procédé de maladie en donnant au cœur et aux vaisseaux sanguins les meilleures chances de se rétablir (expliqué dans les trois derniers chapitres).
L’alimentation qui enraye le diabète recommande par conséquent de :
  • Choisir des aliments provenant de sources végétales : cela réduit l’apport en graisses, augmente les protéines végétales, augmente les fibres et augmente des milliers de phytonutriments améliorant la santé ; grains (8 portions par jour), légumineuses (3), légumes (au moins 4) et des fruits (au moins 3).
  • Oublier tous les produits d’origine animale : cela réduit les graisses (en particulier les graisses trans et saturées) et élimine l’apport de cholestérol et de protéines animales, qui peuvent réduire le fonctionnement des reins et causer des pertes de calcium des os.
  • Réduire les huiles végétales au minimum – diminuer les graisses à environ 10 % des calories ingérées.
  • Choisir les céréales entières (à faible indice glycémique www.glycaemicindex.com) – éviter le sucre et la farine blanche.
  • Éviter le sel ajouté, assaisonnez plutôt avec des épices favorables à la santé.
  • Une multivitamine quotidienne est une source pratique de vitamines B12 et D.
De plus, il n’y a pas de limite de portions, calories ou de glucides. L’alimentation doit être soutenue par un mode de vie sain qui inclut la non tabagie, la pratique d’un sport qu’on aime (aérobique, renforcement et étirements), la gestion du stress (yoga, méditation, voir de simples exercices de respiration) et une aide psycho-sociale (un groupe d’amis proches physiquement et non pas virtuellement). Le livre fournit également des informations détaillées sur l’adoption d’une alimentation WFPB, la perte de poids, une routine sportive agréable et des recettes végétaliennes saines pour sept jours et il est fortement recommandé. Le livre est disponible dans les bonnes librairies et en ligne. Vous pouvez également tenter le programme Vegan Kick Start de 21 jours du PCRM gratuitement sur le site web www.pcrm.org.
Publicités
Cet article, publié dans Véganisme, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.